Sélectionner une page

1200 signes environ. Les mains dans les poches et le sourire en coin, Tuân Nguyen cultive son côté lunaire. Une dégaine nonchalante qui cache la passion qui l’anime. Né à Genève, d’origine vietnamienne, le jeune illustrateur de 30 ans qui a acquis une jolie renommée aux Etats-Unis et au Japon griffonne depuis tout petit. Influencé par les dessins animés, les films d’arts martiaux que regarde son père et les jeux vidéo, il développe très tôt une attirance pour l’univers asiatique et le dessin de style manga. C’est dans cet art peu répandu en Suisse qu’il se démarque et publie aujourd’hui son premier recueil d’illustrations, «Memory Lane».

Jusqu’à la fin de sa scolarité, Tuân Nguyen dessine pour le plaisir. Au gymnase, il crée sa première bande dessinée qui met en scène ses amis. «Puis, à l’université, j’ai abandonné le dessin durant plusieurs années et me suis plongé dans ma seconde passion: le rap. Je tenais un blog dans lequel j’écrivais des chroniques sur des albums et des artistes et où l’on pouvait voir certains de mes anciens dessins.» Il se fait alors repérer par un rappeur américain, Killa Sha, qui lui demande de dessiner pour lui un visuel promotionnel. «C’est ainsi que tout a commencé et que je me suis fait connaître dans le réseau des rappeurs américains.»